Marie - Josephte Fitzbach


Enfance


Marie-Josephte Fitzbach naît le 16 octobre 1806 à St-Vallier de Bellechasse, au Québec. Bien que n’ayant pas fréquenté l’école dans sa jeunesse, elle fait preuve d’une vive intelligence. À 13 ans, la précarité financière du foyer familial obligeant Marie à se trouver un emploi en ville, elle s’engage comme servante à Québec. La ville étant alors le lieu de bien des misères et de mœurs dissolues, Marie prend vite conscience de la détresse et de l’infortune qui l’entoure.

Fondatrice Marie-Josephte Fitzbach Mme François-Xavier Roy


Jeune fille, épouse et mère


Employée chez un marchand de la Haute-Ville, M. François-Xavier Roy, elle prend soin du foyer, des enfants et de l’épouse malade. Afin de combler ses carences scolaires, Marie paie un étudiant du Séminaire qui lui enseignera des rudiments de lecture, d’écriture et de comptabilité. Rêvant d’une vie religieuse, Marie cherche à entrer en communauté, mais elle n’essuie que des refus, car on la juge de santé trop fragile. Quelques mois après le décès de son épouse, M. Roy demande la main de Marie. Après mûre réflexion, celle-ci accepte et le mariage est célébré le 17 avril 1828 à Cap-Santé. Trois filles, à qui leur mère enseignera charité et respect du pauvre, naîtront de leur union.


Veuve


En 1833, M. Roy meurt en laissant dans le deuil cinq enfants et une veuve de 26 ans. Mme Roy se retrouve donc seule pour subvenir aux besoins de ses trois filles, les enfants du premier mariage ayant été confiés à leurs grands-parents maternels. Elle devra faire preuve d’abnégation afin de pourvoir à leur instruction. Le décès de sa fille cadette, en 1846, l’affectera beaucoup.


Retraitée…?


Réalisant le rêve de leur mère, les deux filles de Mme Roy deviennent en 1849 les deux premières postulantes des Sœurs de la Charité de Québec. À l’aube de son 43e anniversaire, Mme Roy entre comme pensionnaire à l’Hospice de la Charité dans le dessein de se rapprocher de ses filles et de finir ses jours loin du monde, dans le silence et la prière. Mais quelques semaines plus tard, on lui offre de prendre la direction d’un refuge pour les femmes au sortir de la prison. Après avoir prié et consulté ses proches, elle va elle-même à l’évêché, le 31 décembre 1849, faire part de sa réponse positive à l’archevêque, Mgr Pierre-Flavien Turgeon. Elle y voit alors un moyen de se mettre au service de Dieu.

Mère fondatrice Mère Marie-du-Sacré-Coeur Soeurs du Bon-Pasteur de Québec


Mme Roy et une compagne ouvrent donc à Québec, le 11 janvier 1850, l’Asile Ste-Madeleine. Les méthodes de Mme Roy sont empreintes de tendresse et de respect et une bonté extraordinaire commande ses moindres actions.

Le 2 février 1856, lorsque le Bon-Pasteur de Québec fut érigé en communauté religieuse, Mme Roy prit le nom de Mère Marie-du Sacré-Cœur. Elle devint la première supérieure de l’Institut le 7 février suivant pour une durée de trois ans. La fondatrice rendra l’âme le 1er septembre 1885, laissant à ses consoeurs le souvenir de son dévouement et de ses précieux enseignements.

Depuis 1997, la cause de béatification de Marie-Josephte Fitzbach est étudiée par Rome.
 

© Soeurs du Bon-Pasteur de Québec, tous droits réservés / all rights reserved
Dernière mise à jour le 20 juin 2017.