Québec États-Unis Brésil Afrique Haiti

États-Unis


En 1882, les Sœurs du Bon-Pasteur acceptent l’offre du curé Pierre-Emmanuel Dupont de Biddeford d’ouvrir une école catholique de langue française pour les enfants des Canadiens français s’étant expatriés aux États-Unis dans l’espoir de trouver du travail dans les filatures du Maine. Cette première maison d’enseignement sera suivie de plusieurs autres dans le Massachusetts et dans le nord du Maine. En 1925, le charisme du Bon-Pasteur auprès des enfants abandonnés se concrétise par l’ouverture de l’Orphelinat Ste-Anne à Lawrence. En 1972, la direction de cette œuvre est confiée à des laïcs. Les jeunes filles enceintes peuvent vivre leur grossesse à la Maison St-André de 1940 à 1974. Par la suite, elles sont hébergées dans des maisons familiales.
 

De nos jours, aux États-Unis comme au Québec, le contexte social et économique a pour conséquence l’adaptation des Sœurs du Bon-Pasteur aux nouvelles réalités. La Congrégation maintient deux ministères importants. L’un, le St. Andre Home s’occupe des mères célibataires et de leurs enfants et il offre aussi un service d’adoption. L’autre, Esther Residence, propose un milieu de réinsertion sociale pour les femmes sortant de prison. Les sœurs sont encore présentes en enseignement primaire et secondaire et en éducation de la foi par l’initiation sacramentelle et le mouvement des Brebis de Jésus.


Liste des lieux d'activités



© Soeurs du Bon-Pasteur de Québec, tous droits réservés / all rights reserved
Dernière mise à jour le 7 décembre 2017.